Comme vous le savez le gouvernement a renoncé à soumettre à  l’assemblée nationale la loi OGM visant à transposer la directive  2001-18. C’est en effet difficile de se lancer à quelques semaines 
des élections dans un combat aussi impopulaire dans l’opinion  publique (86% des français hostiles aux OGM).
Mais ce qu’il ne veut pas soumettre au débat public, le gouvernement  se prépare à l’imposer dans les prochains jours par décret, pour  répondre en partie aux injonctions de la commission européenne.
Le contenu de ces décrets n’est pas encore connu dans le détail, mais  ils seront encore plus laxistes et favorables aux OGM que la loi  votée par le Sénat en mars : irresponsabilité civile et financière  totale des semenciers en cas de dissémination, et info minimale des  populations)
Les transgéniculteurs, (qui en veulent toujours plus !) ont commencé  une campagne de lobbying pour que la localisation des parcelles  cultivées ne soit pas inscrite sur le registre (cf courrier de  Monsanto).
IL est donc urgent de réagir, à la fois pour dénoncer ce passage en  force, et pour contrer l’offensive de Monsanto.
Deux actions complémentaires peuvent être utilisées, le plus vite  possible :
faire connaître le plus largement possible et notamment auprès de la  presse, le projet du gouvernement qui vise à priver le Parlement du  débat sur les OGM ( et permet ainsi d’éviter aux candidats aux 
législatives d’avoir à se prononcer)
faire part aux destinataires de l’action de lobby de Monsanto votre  point de vue.
Vous trouverez sur notre forum le courriel de Monsanto à ses affidés 
(Monsanto, de vous à moi, LETTRE D'INFORMATIONS MONSANTO - FEVRIER  2007 - N° 13),
http://www.cyberacteurs.org/forum/viewtopic.php?t=3184
et ci-dessous un modèle de lettre à personnaliser et à faire parvenir  aux destinataires de Monsanto (liste ci-dessous).
Dominique Plancke les Faucheurs Volontaires
Alain Uguen Association Cyber @cteurs

(message à faire circuler sans limitation)
M. Raphaël Alomar, Elysée <raphael.alomar@elysee.fr>
M. Bruno Bensasson, Elysée <bruno.bensasson@elysee.fr>
M. Bruno Lemaire, Matignon <bruno.lemaire@pm.gouv.fr>
M. Pascal Viné, Matignon <pascal.vine@pm.gouv.fr>
M. Michel Fuzeau, Min. de l'Agriculture   
<michel.fuzeau@agriculture.gouv.fr>
Mme Béatrice Abollivier, Min. de l'Agriculture   
<beatrice.abollivier@agriculture.gouv.fr>
M. Thierry Damerval, Min. de la Recherche   
<thierry.damerval@recherche.gouv.fr>
M. Roger Genet, Min. de la Recherche <roger.genet@recherche.gouv.fr>
Gal Jacques Mignaux, Min. de l'Intérieur   
<jacques.mignaux@interieur.gouv.fr>
M. Etienne Apaire, Min. de la Justice <etienne.apaire@justice.gouv.fr>
M. Hugues Bousiges, Min. de l'Ecologie   
hugues.bousiges@ecologie.gouv.fr>
M. Thierry Francou, Min. de l'Ecologie   
<thierry.francou@ecologie.gouv.fr>
COMMENT AGIR ?
C'EST FACILE : A VOUS DE SUIVRE LES 6 ETAPES SUIVANTES :

1- Copiez LE TEXTE À ENVOYER ci-dessous entre les ############
2- Ouvrez un nouveau message et collez le texte
3- Signez le : prénom, nom, adresse, ville
4- Rajouter l'objet de votre  choix :
5- Adressez votre message aux  adresses suivantes :
raphael.alomar@elysee.fr
cyberacteurs@wanadoo.fr
Cliquer ici :
<mailto:cyberacteurs@wanadoo.fr;raphael.alomar@elysee.fr>
ou ici
<mailto:cyberacteurs@wanadoo.fr,raphael.alomar@elysee.fr>
6- Envoyez le message
  cette cyber @ction est aussi signable en ligne où elle permet  d'envoyer le texte à tous les destinataires utilisés par Monsantohttp://www.cyberacteurs.org
Par cette action, vous ferez connaître votre opinion et à Cyber  @cteurs pour nous permettre d'évaluer l'impact de cette action et en  informer nospartenaires.
############
Prénom, Nom
Profession :
Adresse
Localité
Pays
Madame, Monsieur,
Je viens de prendre connaissance de la pétition" Transparence  totale: attention danger" initiée par "un groupe d'agriculteurs" et   la firme Monsanto destinée à attirer votre attention sur les  dangers que représenteraient la publication des noms des  agriculteurs et leur adresse exacte et de la localisation de leurs  parcelles selon ce que devrait exiger le Registre des cultures OGM.
Selon la lettre d'informations de Monsanto de Février 2007 N°13,  intitulée " Monsanto, de vous à moi", "le gouvernement prévoit de  publier rapidement des décrets précisant les conditions   
d'utilisation des cultures génétiquement modifiées, en particulier  du maïs Bt résistant à la pyrale".
Permettez-moi de m'indigner en premier lieu qu'une telle décision puisse être prise par décrets en l'absence de tout débat démocratique: cette décision est contraire au refus de 86% (dernier   
sondage) des français de voir des cultures génétiquement modifiées  se développer dans notre pays. Il est tout à fait inadmissible que des décrets viennent rendre ces cultures possibles pour une poignée   
d'agriculteurs, contre l'avis majoritaire de la population qui  subira le préjudice de la dissémination. Contrairement à ce   qu'affirme ARVALIS, cette dissémination par les pollens de maïs Bt  est en effet avérée d'après les études de différents scientifiques.
Ces agriculteurs reconnaissent que cette publication "pourrait entraîner des violences et des destructions de cultures". Ils ont donc bien conscience du fait que leur volonté de cultiver des OGM   
s'oppose à celle de la population. Pour extorquer ce droit à  polluer l'environnement en toute impunité et confidentialité, ils  n'hésitent cependant pas à désigner cette opposition comme le seul  fait 
"d'extrémistes anti-OGM".
Madame, Monsieur, je vous pose la question: "Qui sont les  extrémistes?" Ceux qui tentent par leurs actions de protéger les  exploitations des agriculteurs qui n'ont pas fait le choix des OGM   et désirent garder leur production conventionnelle ou biologique  exemptes de traces d'OGM, ou bien ceux qui agressivement leur  IMPOSENT les OGM? Car nous ne parlons pas ici de production inerte   
mais de production vivante à même de se reproduire toute seule et   il n'existe aucuns moyens (sauf imaginaires sur le papier) de se  protéger de la contamination. Il s'agit donc bien d'une agression des 
plus violentes, à laquelle les militants anti-OGM répondent avec  les moyens à leur disposition après avoir épuisé tous les recours  administratifs possibles.
Il s'agit donc d'un conflit caractérisé entre  l'intérêt général -  celui de la biodiversité, des producteurs non-OGM, des  consommateurs  - et l'intérêt privé commercial de quelques  agriculteurs. Je vous 
rappelle que le droit français fait prévaloir  l'intérêt général sur  l'intérêt privé et que la Charte de  l'Environnement adossée à la  Constitution stipule en son article 2  que "toute personne a le droit 
et le devoir de prendre part à la  préservation et à l'amélioration  de l'environnement". Le tribunal  correctionnel d'Orléans a  d'ailleurs tiré les conséquences de ce   nouveau devoir juridique en 
relaxant les faucheurs en première  instance.
Je vous rappelle également que la dissémination des OGM de part le   monde donne lieu à des crises économiques très graves: plus de 300   plaintes ont été déposées par les riziculteurs états-uniens suite à  la pollution de leur riz par la variété GM non autorisée Ll601 de  Bayer (même si une autorisation rétroactive a été accordée, les  consommateurs n'en veulent pas), le cours du riz a baissé de 15%   
entrainant une détresse majeure dans le secteur. Les pétitionnaires   ne défendent que leur intérêt commercial à court terme (pour des   ventes que seule l'Espagne consent à leur acheter) sans réaliser   
qu'ils sont en train d'initier pour eux mêmes et pour les autres  agriculteurs des crises majeures à moyen et long terme.
Tous les discours relativisant prétendant qu'il est possible  d'instaurer une coexistence rationnelle entre cultures OGM et cultures non-GM sont constamment démentis par les faits.
Aussi si vous deviez accéder à la demande explicite des  pétitionnaires de dissimuler leurs noms et adresses et la  localisation de leurs parcelles, afin de ne pas s'exposer à la  juste défense de l'intérêt général, Madame ou Monsieur, je vous  tiendrai pour personnellement responsable d'une atteinte grave à  mon droit d'être informée et à l'intérêt général et j'entreprendrai  toutes les démarches nécessaires pour que vous deviez rendre compte  publiquement de cette décision.
Je suis néanmoins persuadé que vous avez à coeur la préservation  de  l'intérêt général et ne souscrirez pas à la démarche scandaleuse  des  pétitionnaires, tellement préoccupés de défendre leur intérêt 
commercial qu'ils ne réalisent pas qu'ils sont en train de  compromettre leur propre activité, la biodiversité, l'activité de  leurs confrères et d'atteindre au droit légitime du consommateur   
d'accéder à une nourriture exempte d'OGM .
Veuillez agréer Madame ou Monsieur l'expression de mes sincères    salutations.
############

Retour au Blog