Il est difficile de démontrer, à ce stade, une dynamique de 
mobilisation populaire. Car la réalité me semble être :
1) qu'il y a actuellement un réel intérêt pour la candidature BOVE 
(meetings, discussions, accueil positif des tracts ..)
2) mais doublé aussi d'attentisme et de doute eu égard au problème 
des parrainages et de la situation politique très glissante.
La vérification de la dynamique (sondages notamment) ne pourra se 
faire qu'une à deux semaines après la validation des 500 parrainages 
pour Jose.
Actuellement (sondages) Jose se trouve plutôt en tête des "petits" 
candidats. Il n'y a aucune mobilisation populaire pour MGB, ni 
Besancenot, ni Arlette, ni Voynet qui, les uns et les autres sont en 
retrait de leurs "potentiels" (2002). Rien ne prouve que le retrait 
de Jose leur amènerait cette dynamique. La situation politique est 
obscurcie par la course au meilleur "vote utile" anti-Sarko, entre PS 
et UDF . Il est clair que ni Besancenot ni MGB ne se retireront au 
profit de Jose.
C'est donc sous l'angle du choix politique de notre mouvement qu'il 
faut aborder le débat : recherche vaine de l'unité "de cartel" à 
gauche de la gauche, ou affirmation d'un mouvement en construction 
nouvel acteur politique qui d'ailleurs persistera à appeler au 
rassemblement anti-libéral ?
Cela d'autant plus que le débat sur les alliances du PS est désormais 
clairement ouvert par DSK (et Royal). De ce débat dépend aussi 
l'espace pour Jose, les Cuals et les autres. Le PCF et la LCR 
pourraient-ils incarner l'alternative ou au moins son amorce ? La 
réponse est non.
Je crois qu'autour de ces arguments principaux s'impose la nécessité 
de la présence des cuals et Jose dans le premier tour de la 
présientielle.
Guy BARBIN