Par Florent LATRIVE, Christian LOSSON Libération: vendredi 29 décembre 2006
Le temps de travail: «Rendre immédiatement applicable la généralisation des 35 heures à toutes les entreprises avec les 32 heures pour perspective, sans perte de salaire ni aggravation de la flexibilité ou des conditions de travail.»
L'avis du Parti socialiste :
Jacques Généreux :
«Il faut bien sûr généraliser les 35 heures, quitte à penser à des mesures compensatoires pour les PME. Sur les 32 heures, il y a un débat au sein du PS. Au sein de l'aile gauche, nous pensons qu'il faut y aller. Parce que la productivité du travail en France est l'une des plus fortes au monde. Parce que la réduction du temps de travail permet de baisser l'absentéisme. Parce qu'elle doit permettre la création d'emplois, comme les 250 000 créés avec les 35 heures.»
Eric Besson : «Le PS ne se donne pas pour perspective les 32 heures, même si, à terme, aucun sujet n'est tabou. La généralisation des 35 heures est dans le programme du PS et c'est même l'intérêt des PME de ne pas avoir des entreprises à deux vitesses. Sur les modalités d'application, nous renvoyons à la négociation sociale. On nous reprocherait d'en donner les conclusions avant qu'elle ait lieu.»
La réponse d'Yves Salesse :
«Besson est d'accord sur la généralisation des 35 heures : dommage que le PS ne l'ait pas fait quand il en avait la possibilité. Et nous ouvrons la perspective des 32 heures pour les raisons que donne Généreux.»