.

Les collectifs unitaires de l’Hérault avaient décidé de proposer à tous une réunion nationale des collectifs à Montpellier, en janvier 2007 Le collectif national appelle à une réunion nationale le 20 et 21 Janvier, TRES BIEN !
Mais si nous voulons éviter la répétition de la réunion de St Ouen, il faut que l’objectif soit clair et que les délégués soient mandatés sur cet objectif.

Nous demandons donc au collectif national de préparer la réunion nationale dans le cadre suivant :

-  Le processus de désignation d’un candidat par le biais d’un double consensus n’a pas abouti et, il n’existe, à l’heure actuelle, aucun candidat unitaire du Rassemblement anti-libéral.
-  La décision unilatérale du PCF de présenter MGB « porte un coup terrible » au mouvement anti libéral.
-  Cependant une volonté claire et forte de continuer s’affirme dans les collectifs.
-  L’objectif de la réunion nationale des 20 et 21 est donc de définir l’orientation et les moyens pour continuer, c’est-à-dire pour organiser, structurer notre mouvement antilibéral en assurant son autonomie et son indépendance.
La réunion nationale des 20 et 21 devra donc répondre aux questions suivantes :
Pour continuer, vaut-il mieux :

-  poursuivre la sélection d’un candidat parmi ceux qui ont déjà été discutés par les collectifs : Yves Salesse, Clémentine Autain et éventuellement José Bové ? (Rappel : dans l’Hérault, 28 collectifs sur 35 consultés se sont prononcés pour le choix 2 de la proposition du CUIN)
-  ne pas présenter de candidat, soit pour ne pas ajouter à la division, soit en raison des difficultés à réunir signatures et financements ?
Dans ce cas la question se poserait :
Comment continuer sans candidat ? Avec quelles perspectives ?
Il est clair que cette discussion ne peut se mener avec ceux qui ont choisi de continuer à militer unilatéralement pour leurs propres candidats. Cela n’aurait aucun sens !
Nous demandons donc au comité national de tirer toutes les conséquences de la rupture imposée par la direction du PCF et de prendre les mesures nécessaires pour assurer l’autonomie totale de notre mouvement et la sérénité des débats au sein des collectifs locaux et d’une coordination nationale à mettre en place au plus vite.
Un mauvais coup a été porté, la déception est grande, non seulement dans les collectifs mais partout dans la population qui attend toujours que nous réussissions à fournir l’outil politique pour casser la machine libérale.
La situation est difficile, mais nos convictions valent la peine de continuer en nous appuyant sur l’immense volonté de résistance du peuple et la mobilisation de ceux qui sont déjà engagés.
MANDATONS NOS DELEGUES AFIN QU’UNE ORIENTATION CLAIRE JAILLISSE DE LA REUNION DU 20 ET 21 !
Cette initiative a été discutée par les collectifs de l’Hérault dès le retour de Saint Ouen, approuvée par la coordination du 11 décembre à Lunel, soumise à discussion dans les collectifs durant la semaine ; adoptée par l’assemblée générale des collectifs le 15 décembre à Villeneuve les Maguelonne, et la décision de mise en oeuvre à la coordination le 18 à Sète et le 26 décembre à Montpellier, et ce texte adopté le 2 janvier par la Coordination 34 réunie à Mèze